Raymonde Beaudoin présente «La Vie dans les camps de bûcherons»

Les chantiers occupent une place importante dans l’histoire du Québec. Dans les années 1940, ils n’étaient pas moins de 30 000 hommes à monter au bois chaque automne. Les bûcherons devaient faire vivre leur famille ; les plus jeunes rêvaient d’en fonder une.

undefined

Raymonde Beaudoin a voulu rendre hommage à tous ces hommes – mais aussi à sa propre famille – qui ont travaillé, d’une noirceur à l’autre, sans jamais reculer devant l’énormité de la tâche.

À partir de leurs mots, de leur réalité, l’auteure présente en détail la construction des camps, la nourriture, le bûchage, le charroyage et la drave. Des cartes, des chansons, des recettes et de nombreux documents complètent cet émouvant témoignage.

Plusieurs lecteurs y découvriront un oncle, un voisin, un père ou un grand-père, d’autres, la soif de vivre et la fierté de toute une génération de travailleurs.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s