Histoire du Québec: je me souviens de qui, je me souviens de quoi? – Avec Jocelyn Létourneau. Salon du livre de Montréal 2020

«Comment raconter l’histoire du Québec aujourd’hui? Entre les récits individuels et collectifs, entre les tensions et les accommodements, la manière de raconter l’histoire part toujours d’un point de vue, celui des historiennes, historiens, auteurs, autrices. Qu’est-ce que notre rapport au passé révèle de nous? Cette discussion entre Jocelyn Létourneau, Patrick Couture et Laurence Monnais est animée par Laurent Turcot.»

À un Québec qui change, voici un récit d’histoire au scénario changé. Qui pense la condition québécoise en la sortant de sa mémoire tragique et de sa culture de la séparation. Qui met l’emphase sur les adaptations et actualisations d’une société plutôt que sur ses détournements et empêchements. Qui voit les oscillations québécoises non pas à l’origine d’une succession d’inhibitions nationales, mais comme un mode d’évolution par lequel une collectivité n’a cessé de passer à l’avenir.

On lira cet ouvrage comme une tentative de cadrer le parcours historique du Québec en dehors des mythistoires et du schéma narratif qui accueillent et charpentent habituellement son déroulement. On le considérera aussi comme un essai visant à poser les bases d’une nouvelle référence historiale, si ce n’est mémorielle, pour les Québécois d’aujourd’hui, vecteurs de leur revitalisation identitaire en cours. 

Et si cet ouvrage constituait le point de départ d’une histoire décomplexée, voire décolonisée, de l’expérience québécoise dans le temps? Histoire non pas fondée sur l’axiome mélancolique d’une nation empêchée d’être et inaccomplie, en état continuel de survivance et de résistance, mais sur l’évidence d’une collectivité assurée et confiante, en état d’édification et d’élévation depuis longtemps?

Jocelyn Létourneau est chercheur au CÉLAT et professeur à ­l’Université Laval. Pour sa contribution aux sciences humaines, il a reçu en 2018 le prix André-Laurendeau de l’ACFAS. En 2019-2020, à l’Université Yale, il a occupé la Chaire Fulbright du Canada sur l’étude des territorialités nationales et inter­nationales. Il y a aussi occupé le poste de Visiting Bicentennial Professor of Canadian Studies.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s